Si vous êtes si intelligent, alors pourquoi êtes-vous si pauvre ?

J’aime tellement ce dicton ! Ce n’est pas dans le sourcil, mais dans l’œil ! D’ailleurs, je me pose la même question. A en juger par mes atouts, j’ai pas sept travées dans le front🙂

Récemment, j’ai dû minimiser la communication avec de nombreuses vieilles connaissances: j’en ai eu assez de me plaindre des petits salaires, des penny pensions. Dans le même temps, les gens vivent dans leurs propres maisons ou appartements, paient les études de leurs enfants et conduisent leur propre voiture. Si une personne a gagné tout cela, alors elle n’est pas si pauvre.

Et s’il n’est pas satisfait de cela, alors qui l’empêche de gagner plus ?

Si vous n’aimez pas le salaire de ce travail, prenez-en un autre. Ou prendre un emploi. Ah, ils ne s’en prennent pas à un autre, parce qu’il n’y a pas d’éducation? Qui ne vous laisse pas étudier ?

Quelqu’un dira, le temps est révolu, il est trop tard pour apprendre. Absurdité complète ! Si vous le souhaitez, vous pouvez commencer vos études à l’âge de 50 ans. C’est exactement ce qu’a fait un de mes amis. Un homme a travaillé pour lui-même dans le réseau électrique pendant de nombreuses années, en bonne position, avec une formation secondaire spécialisée. Et puis soudain — bam ! — Sans études supérieures, ce poste est devenu impossible à occuper. Et l’oncle à l’âge de 50 ans, qui a deux petits-enfants, a préparé les examens dans une université technique et les a réussis. Je suis entré et j’ai réussi la première session. Certes, il n’est pas allé au budget, il étudie pour de l’argent.

Quelqu’un dit que le métier n’est « pas un métier d’argent ». Mais c’est ainsi que nous avons choisi ce métier. Quand ils se sont rendus compte que ce n’était pas monétaire, il a fallu partir et se recycler. J’ai exercé une profession « non monétaire » pendant de nombreuses années. Mais, avant tout, j’ai aimé le travail. Et, dans un deuxième temps, je voulais le finaliser jusqu’à la retraite «ancienneté». Fini, mais la pension est maigre. Mais encore une fois, c’est mon choix ! Je n’ai personne à blâmer pour cela : mes parents ont prévenu que le travail était mal payé, dur et ingrat. Mais je l’ai fait à ma façon et j’ai ce que j’ai. Par qui être offensé ?

J’entends souvent comment ils crachent en direction des entrepreneurs. Et pour une raison quelconque, il ne me vient pas à l’esprit que pour ouvrir votre propre entreprise, vous devez sérieusement bouger votre cerveau. Celui qui a quelque chose à déménager — il a ouvert et créé sa propre entreprise. Ceux qui ont peu de cervelle, qui n’ont pas trouvé comment gagner plus, se lamentent et cherchent les coupables.

Ils disent aussi que toutes les grandes entreprises sont construites sur de l’argent volé. Même si c’est le cas, disons ! Donc il faut aussi avoir de la cervelle pour voler et ne pas s’asseoir, et investir de l’argent dans le business !

Photo d’archives personnelles. Photo d’archives personnelles.

Si vous le regardez bien, les pauvres sont soit des gens à l’esprit étroit, soit simplement des paresseux. Je n’ai pas particulièrement envie de bouger moi-même, je vais travailler du mieux que je peux (si pas du tout, je le ferai). Donnez-moi un gros chèque de paie! Et la retraite aussi ! Je n’ai pas étudié à un moment donné, j’ai travaillé là où je devais — j’ai reçu le salaire correspondant. La retraite est bon marché. Ay-ya-yay, quel mauvais état !

Je conviens que dans notre pays le travail de certaines catégories de travailleurs est catastrophiquement sous-estimé. Tout d’abord, les médecins et les enseignants. Leurs salaires ne sont qu’une sorte de honte d’État ! Dans les régions — surtout ! Mais il y a aussi des têtes intelligentes parmi les médecins et les enseignants qui parviennent assez bien à monétiser leurs connaissances et leurs compétences. Les enseignants ouvrent des centres éducatifs, des écoles en ligne, des médecins ouvrent des cabinets privés, des cliniques. Si une personne est intelligente, elle trouvera un moyen d’attirer les clients. S’ils sont professionnels, les clients deviendront réguliers et apporteront de nouveaux clients.

Ma conviction : les gens intelligents et travailleurs ont de l’argent . Et quiconque continue d’attendre les faveurs de la nature de la part de l’État — il compte des sous et cherche les coupables. Ainsi, au lieu de nous plaindre et de nous plaindre de qui nous doit quoi, nous devrions penser à ce que nous pouvons nous-mêmes faire pour notre propre bien-être. Et pas seulement pour penser — mais aussi pour faire !