Pourquoi je ne vais jamais à la gym

Bonjour!

Vous pouvez commencer à me lancer des pantoufles : je ne vais jamais au gymnase. Je considère que c’est malsain.

Avant, oui, je le faisais. En tant qu’instructeur, pour travailler. Maintenant, Dieu merci, il n’y a pas un tel besoin.

Vous pensez que je suis anti-exercice ? — Pas du tout! Au contraire, quel supporter ! Même maintenant, étant malade du coronavirus COVID-19 («je l’ai «attrapé» en voyageant), je fais des exercices de respiration, des exercices de mobilité articulaire et je marche d’un bon pas le long de mon propre site.

Pourquoi je déteste autant les salles de sport ?

D’abord, je suis dégoûté. Il m’est désagréable de prendre les poignées de simulateurs qui viennent d’être tenus par les mains moites de quelqu’un d’autre, il m’est désagréable de m’allonger sur des bancs avec des empreintes humides de corps chauffés. Lorsque je travaillais en salle de sport, je portais constamment sur moi des lingettes désinfectantes humides (c’était bien avant notre Covid !).

Dans le bon sens, tous ceux qui s’entraînent après eux-mêmes devraient traiter le projectile avec des serviettes. J’ai essayé d’introduire une telle règle dans notre gymnase, mais cela n’a pas pris racine. Les stagiaires oubliaient constamment de le faire, et s’ils le faisaient, les serviettes gisaient alors partout dans la salle … J’en avais assez d’acheter d’abord des serviettes pour tout le monde, puis de les collecter.

La deuxième raison — je ne vois tout simplement pas la nécessité. Après tout, je peux effectuer des exercices pour le développement de tous les principaux groupes musculaires en utilisant mon propre poids. «Fer» dans la grande majorité des cas — juste «montrer». Lorsque vous faites des exercices en utilisant votre propre poids, les blessures surviennent très rarement. Et avec le «fer» — tout le temps.

En général, le système d’exercices avec votre propre poids corporel est très populaire aujourd’hui. C’est ce qu’on appelle la gymnastique suédoise, vous en avez probablement entendu parler.

Une alternative à la salle de sport

Mon objectif est de maintenir le tonus et la condition physique, c’est-à-dire purement améliorer la santé. Pas de sport — l’éducation physique dans sa forme la plus pure.

Je m’entraîne à la maison. Dans ma propre chambre bien aérée. Il n’est pas nécessaire d’inhaler l’odeur de la sueur ou du déodorant de quelqu’un d’autre.

J’ai un certain matériel, qui me suffit amplement : un gros ballon gonflable (fitball), un bâton de gymnastique, un karemat (tapis de yoga), un rouleau presseur, une corde à sauter, un cerceau «à picots». J’utilise également une barre horizontale, qui a été installée à une époque pour mes fils directement dans l’appartement. Et, oui, j’ai une paire d’haltères de 2 kg. Complètement sans «fer» ne pouvait pas faire.

Voici la quasi-totalité de mon équipement sportif. Et ça me suffit. Mon préféré est le rouleau presseur. Voici la quasi-totalité de mon équipement sportif. Et ça me suffit. Mon préféré est le rouleau presseur.

Le coût de tout mon équipement est probablement inférieur au coût d’un abonnement mensuel à une salle de sport. Mais ce n’est pas une question d’argent. J’aime en faire un, à un moment qui me convient. Quand je fais de l’exercice, je me concentre sur les exercices et je me fiche de mon apparence.

Mon système de formation

J’ai fait des exercices toute ma vie, probablement depuis la première année. Elle a strictement effectué les exercices du matin lorsqu’elle s’est entraînée et a étudié à la faculté des sports. Je l’ai fait à la fois quand j’étais enceinte (il y a des exercices spéciaux) et quand j’étais malade (aussi des exercices spéciaux). Cela me manque très rarement — si je me lève au milieu de la nuit, par exemple, pour aller à l’aéroport.

Pensez-vous que vous n’avez pas à faire d’effort pour vous forcer ? Peu importe comment! Les autres jours, on n’en a pas envie avant, le corps est comme du bois ! Eh bien, je me persuade: «Allez, faisons quelques exercices et c’est tout!». Et dès que vous commencez, faites les deux ou trois premiers exercices, le reste s’y effectue imperceptiblement. Dans le cadre de l’échauffement du matin, j’ai des exercices de respiration (10-15 minutes de flexion du corps), des exercices d’étirement et plusieurs exercices de force (pompes, squats, fentes, torsion du torse, allongé sur un fitball, etc. )

Deux fois par semaine — entraînement aérobie. En hiver — ski, le reste de l’année marche ou course à pied, vélo — selon le bien-être et l’humeur. Parfois, un de mes amis me rejoint. Par mauvais temps, je peux sauter à la corde dans l’appartement pendant plusieurs minutes ou danser du cœur pendant une demi-heure.

Oui, j’ai oublié — en été, je fais des cercles dans la piscine. Nous avons une piscine frame pour 22 tonnes d’eau, il est tout à fait possible d’y nager en cercle.

Eh bien, en plus de cela, j’essaie de marcher ou de faire du vélo pour aller au travail.

En principe, une telle charge me suffit. Et maintenant, à 52 ans, je pèse les mêmes 54 kilogrammes qu’à 16 ans, avec une taille de 159 cm.

Et la salle de gym — non, je n’aime pas ça.

Dans un proche avenir, je vais récupérer et j’écrirai certainement certains de mes exercices. Maintenant, je suis comme un faible et un visage pâle.

Santé à vous !