Novembre… Le temps n’est-il pas mauvais ?

Bonjour!

Le temps à l’extérieur de la fenêtre peut être décrit en un mot — VIOLET. Tu sais, j’aime le mauvais temps. La pluie bruine, il fait humide, la neige vole ? « Il est temps d’enfiler un chandail chaud, une doudoune, vos bottes tout-terrain préférées et de sortir. Enroulez les 7000-10000 étapes requises.

Si vous laissez votre humeur dépendre de la météo, alors vous ne verrez pas un siècle de bonheur ! J’ai trouvé une formule pour moi : bonne humeur = vêtements chauds préférés + chaleur dans la maison et cheminée allumée ou inondée (hélas, nous n’avons qu’un foyer électrique) + nourriture délicieuse. Eh bien, 50 grammes de quelque chose de fort sont également autorisés — s’il s’agit d’un week-end ou d’une soirée d’une journée de travail. Et aussi les composants d’une bonne humeur par mauvais temps — des travaux d’aiguille confortables ou un livre intéressant. Je préfère les livres papier.

Nous avons le deuxième jour de suite le temps est pur novembre. Ils disent que par un tel temps, le propriétaire ne conduira pas le chien dans la rue. Je ne donne pas de coup de pied — notre patate de canapé dort dans une cabine. Et elle se prit par la peau du cou, se leva d’une chaise confortable, la força à s’habiller et quitta la maison. C’est peut-être mon amour de la randonnée qui m’a permis de récupérer si rapidement après le «corona».

Vue sur la rue du village de novembre. Photo de l’auteur. Vue sur la rue du village de novembre. Photo de l’auteur.

La rivière Kamenka coule près de chez moi. Une petite rivière ordinaire, dont il y en a des milliers en Russie. Décidé d’aller dire bonjour.

Bonjour rivière ! Comment vas-tu? Vous n’avez pas encore essayé la coquille de glace ? Photo de l’auteur. Bonjour rivière ! Comment vas-tu? Vous n’avez pas encore essayé la coquille de glace ? Photo de l’auteur. La palette pré-hiver n’est pas très expressive et pas du tout riche en couleurs ! Photo de l’auteur. La palette pré-hiver n’est pas très expressive et pas du tout riche en couleurs ! Photo de l’auteur.

Notre village est assez grand et s’étend sur les deux rives de la Kamenka. Sur la côte où j’habite se trouve le «centre», la plupart des commerces, des bâtiments administratifs, une école et des jardins d’enfants sont concentrés ici. Et sur la rive opposée — pour ainsi dire, «des aires de repos».

Les rives sont reliées par deux ponts. L’un est sérieux, «capital», concret. Et l’autre est un passage piéton en bois, sur câbles. Comme j’avais peur de marcher dessus ! Et maintenant, si j’y vais, je m’accroche toujours aux rampes.

Le pont est très ancien. Il a certainement 45 ans. Les planches de plancher sont changées périodiquement, bien sûr. Photo de l’auteur. Le pont est très ancien. Il a certainement 45 ans. Les planches de plancher sont changées périodiquement, bien sûr. Photo de l’auteur. Vue du fleuve depuis le pont suspendu Photo de l’auteur. Vue du fleuve depuis le pont suspendu Photo de l’auteur.

Aujourd’hui le pont était très glissant : de la neige est tombée sur les planches mouillées. Et même dans mes bottes bien méritées, mes jambes se sont écartées. Extreme mon âme aujourd’hui ne voulait pas. J’ai donc fait quelques pas sur le pont, admiré la rivière, pris quelques photos et rebroussé chemin.

Glissant quand même ! Photo de l’auteur. Glissant quand même ! Photo de l’auteur.

Il faisait plus froid le soir, mais j’ai décidé de repartir me promener : les poumons ont besoin d’être pompés après une maladie. Et encore une fois — neige, asphalte mouillé, recouvert par endroits de glace.

Le village vit un soir de novembre, ne gèle pas. Chaque année, de plus en plus de rues sont illuminées. Le village vit un soir de novembre, ne gèle pas. Chaque année, de plus en plus de rues sont illuminées.

Au cours des deux dernières années, aucune fumée de poêle n’a été observée dans notre village — tout le monde est passé au gaz. Rarement, quand le nez sent l’odeur du bois de chauffage, cela signifie que quelqu’un a inondé les bains publics … Au fait, mon nez a aujourd’hui entendu un écho de l’arôme du bois de chauffage de bouleau! C’est cool, alors je me débarrasse enfin de la «couronne».

Cela ne m’a duré qu’une demi-heure — malgré le pas rapide, la fraîcheur s’est glissée sous la doudoune et le vent a augmenté.

Maison Maison! Dans la chaleur, où la télé ronronnera en fond sonore, et ma fausse cheminée créera l’ambiance !

Notre foyer électrique, j’ai coulé des carreaux pour le parement. Le mari assembla la charpente, la recouvrit de tuiles, découpa des papillons de nuit en bois qui avaient afflué vers le feu. Photo de l’auteur. Notre foyer électrique, j’ai coulé des carreaux pour le parement. Le mari assembla la charpente, la recouvrit de tuiles, découpa des papillons de nuit en bois qui avaient afflué vers le feu. Photo de l’auteur.

Eh bien, oui, oui ! Bien sûr, un délicieux dîner! Qu’y a-t-il pour le dîner ? — Bouillie banale de sarrasin. Avec poitrine de dinde fumée (j’ai élevé les dindes moi-même !). Avec de la choucroute (ça s’est bien passé : pas trop salé, croustillant !). Eh bien, qui a dit que l’automne était une mauvaise période de l’année ?